Accueil > Marché > Microsoft sait comment tripler l’autonomie des objets connectés
Microsoft WearDrive
Marché

Microsoft sait comment tripler l’autonomie des objets connectés

Une équipe de chercheurs chez Microsoft vient d’annoncer le projet WearDrive dont l’objectif est de rallonger significativement l’autonomie des objets connectés : Une partie des tâches énergivores réalisées à l’origine sur une montre ou un bracelet connecté pourra directement être traitée sur le smartphone.

Aujourd’hui, la grande critique envers les montres connectées concerne la batterie, qui généralement se cantonne à une ou deux journées. Même son de cloche du côté des bracelets connectés (capteur d’activité physique) qui durent pour la majorité environ une semaine, avec une mention spéciale pour le fameux Microsoft Band dont l’autonomie annoncée est de 2 jours seulement.

Transférer les tâches énergivores vers le smartphone

Pour s’imposer véritablement auprès du grand public, il faudra clairement trouver une solution à ce problème, qui ne permet pas pour l’heure aux utilisateurs d’oublier ces appareils. C’est justement une tâche sur laquelle travaille Microsoft, avec un projet en interne baptisé WearDrive. S’il n’a pas encore vocation a être déployé immédiatement, ce projet permettrait d’augmenter l’autonomie d’un facteur 3.69, et a performance d’un facteur 8.85. Comment fait-il ? Il transfère tout simplement l’exécution de tâches énergivores depuis un objet connecté directement vers le smartphone qui y est relié. L’inconvénient est qu’il faut donc que le smartphone soit toujours à proximité, et surtout qu’il soit capable de tenir une charge d’activité plus importante.

“WearDrive leverages low-power network connectivity available on wearables to trade the phone’s battery for the wearable’s by performing large and energy-intensive tasks on the phone while performing small and energy-efficient tasks locally using battery-backed RAM”

– Rapport Microsoft

Dans le rapport disponible ici, les chercheurs chez Microsoft critiquent les fabricants d’objets connectés qui font appel à des techniques pour économiser de la batterie qui s’inspirent trop fortement de ce qui se fait pour les téléphones. Pour autant, ils recommandent de raisonner très différemment pour les objets connectés, dont la sensibilité et la quantité de mesures sont bien plus importantes.

À propos de l'auteur

Jean-Guillaume Kleis

Passionné de nouvelles technologies et webmaster à mes heures perdues, cela fait maintenant plusieurs années que je partage mes découvertes sur Stuffi, avec toujours le même plaisir !

3 commentaires

  • Waou super Microsoft…
    ils ont une guerre de retard.
    L’objet connecté devra être autonome, sans smartphone, avec de l’energie harvesting.
    Notre petite équipe travaille sur de tel projets, le plus gros consommateur d’enrgie reste encore la transmission.
    Et puis il n’y a pas que les bracelets, nous utilisons le solaire le plus possible, la récupération sur le mouvement, et bien d’autres astuce …à notre petit niveau

  • J’avoue que cet article est plutôt amusant : on reproche à Apple que sa montre soit dépendante du téléphone, pour annoncer ensuite une révolution en rendant un bracelet connecté dépendant du téléphone…

  • Donc Microsoft fabrique le bracelet connecté qui a le moins d’autonomie sur le marché mais ils se permettent de critiquer les autres ?

Cliquez ici pour poster un commentaire