Accueil > Drones > Aquila : Facebook met fin à son projet de drones de connexion à Internet
Aquila Facebook
Drones

Aquila : Facebook met fin à son projet de drones de connexion à Internet

La firme a indiqué qu’elle stoppait le projet Aquila, une initiative qui visait à utiliser des drones pour apporter une connexion Internet aux régions qui n’en bénéficient pas.

Plusieurs entreprises se penchent sur la question de la connectivité à Internet dans le monde à ce jour. Considéré comme un accès à l’information et, parfois, à l’éducation, Internet est loin d’être accessible partout sur terre pour l’instant. De fait, SpaceX travaille à un vaste projet de satellites destinés à apporter une connexion haut débit à tous. De la même façon, Google s’est questionné sur le sujet au travers du projet Loon d’abord, mais également par le biais de SkyBender, une initiative basée sur des drones à énergie solaire qui est censée apporter la 5G dans les zones les plus reculées. Il y a quatre ans, Facebook a fait le choix de se lancer lui aussi dans l’aventure des drones de connexion à Internet.

Mardi 26 juin, la compagnie a annoncé qu’elle mettait fin au projet Aquila, bien qu’elle reste « déterminé[e] comme jamais à lever les principales barrières à la connectivité », selon le directeur de l’ingénierie chez Facebook, Yael Maguire. Dans son message, Facebook explique que de nombreuses sociétés ont fait le choix de se tourner vers des objectifs similaires depuis que lui-même a débuté le projet en 2014. Ainsi, Yael Maguire écrit que « compte tenu de ces développements, nous avons décidé de ne plus concevoir ou construire nos propres avions ». Par conséquent, une installation Facebook basée à Bridgwater en Angleterre fermera ses portes. L’on ne sait pas combien d’emplois seront supprimés ou réaffectés.

Le défi de Facebook et du projet Aquila était peut-être trop important pour l’entreprise, dont l’objectif était de faire voler un drone d’une envergure semblable à celle d’un Boeing 737. Équipé de panneaux solaires, l’appareil devait peser un total de 400 kilos et voler aux alentours des 70 000 pieds. Lors d’un test effectué en 2016, l’appareil s’était crashé à cause du vent, avant de réussir à atterrir convenablement un an plus tard.

Malgré tout, Facebook précise que le projet Aquila sera maintenu par le biais de collaborations comme celle que la firme possède avec Airbus. Elle tient aussi à continuer à se pencher sur la question de l’accès à Internet dans le monde.

Source

4 Partages

Louise Millon

J'aime l'univers des technologies, comme ceux de la littérature, des séries et du surf. Je pense qu'il faut mettre le lait après les céréales.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire