Accueil > Marché > Amazon vend une technologie de reconnaissance faciale aux autorités
Amazon caméra reconnaissance faciale
© Unsplash / Rob Sarmiento
Marché

Amazon vend une technologie de reconnaissance faciale aux autorités

Plusieurs associations de défense des droits civils ont rédigé une lettre demandant à Amazon de cesser de vendre sa technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre.

L’American Civil Liberties Union (ACLU) a récemment découvert que Amazon travaillait main dans la main avec les autorités américaines afin de mettre en place une technologie baptisée Amazon Rekognition. L’association à but non lucratif indique que le système de reconnaissance faciale est utilisé dans le cadre de plusieurs projets de surveillance par caméras, dont un test qui fait office de proof au concept dans la ville d’Orlando. Une initiative menée dans l’Oregon serait également en cours et permettrait d’analyser les visages des personnes afin de voir s’ils figurent dans une base de données regroupant des agresseurs.

De fait, l’ACLU a sommé Amazon de cesser sa collaboration avec les autorités, entraînant une trentaine d’autres associations à s’associer à un document adressé au PDG d’Amazon, Jeff Bezos. Ainsi, Electronic Frontier Foundation, Data for Black Lives, Freedom of the Press Foundation ou encore Human Rights Watch ont assuré leur solidarité avec l’American Civil Liberties Union. Nicole Ozer, qui travaille à l’ACLU en Californie exhorte la compagnie à stopper sa collaboration : « Une fois qu’un dangereux système de surveillance comme celui-ci est dirigé contre le public, les dégâts sont irréversibles ». Pour leur part, les associations précisent leurs inquiétudes : « Mis entre les mains des gouvernements, Amazon Rekognition se prête à tous les abus […] Ce service représente une grave menace pour les communautés, dont les personnes de couleur et les immigrés, et menace la confiance et le respect qu’Amazon a construits ». De plus, utiliser Amazon Rekognition pourrait permettre aux forces de l’ordre de construire une large base de données qui pourrait être exploiter à des fins hautement abusives.

Actuellement, Amazon n’a pas répondu de façon formelle, mais a indiqué qu’il « suspendrait » le partenariat si un client abusait de sa technologie.

Ce n’est pas la première fois que des projets conjointement menés entre de grandes entreprises et les autorités posent question. Le projet Maven, qui regroupe Google et le Pentagone, a déjà enjoint plusieurs employés a faire part de leur mécontentement.

Source

Tags

Louise Millon

J'aime l'univers des technologies, comme ceux de la littérature, des séries et du surf. Je pense qu'il faut mettre le lait après les céréales.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire