Accueil > Quantified Self > Santé - Bien-être > Nokia retire une fonctionnalité phare de sa balance connectée Body Cardio
Withings Body Cardio Promotion
Santé - Bien-être

Nokia retire une fonctionnalité phare de sa balance connectée Body Cardio

La firme finlandaise Nokia a annoncé qu’elle allait retirer une des fonctionnalités de sa balance haut de gamme Body Cardio.

Nokia Body+ au meilleur prix

Lancée en juin 2016, la balance en question se présente comme le modèle connecté le plus cher de la gamme de Nokia. En comparaison, la Body Cardio est commercialisée à un tarif de 180 euros tandis que la balance classique baptisée Body+ coute 100 euros. Le dernier modèle est capable de détecter la masse grasse, la masse musculaire, la masse hydrique (pourcentage d’eau) et la masse osseuse.

Ce qui différencie réellement la Body Cardio de l’entrée de gamme, c’est la capacité de la balance à mesurer la vitesse d’onde du pouls. Plus concrètement, cette fonctionnalité permet de connaitre la vitesse de propagation du pouls dans le corps, depuis le coeur et aux travers des artères. Au-delà de son fonctionnement, cette caractéristique de la Body Cardio a été très mise en avant lors de sa sortie pour finalement… Être supprimée.

Dès le 24 janvier, Nokia mettra à jour son application Health Mate ainsi que sa balance connectée, supprimant par conséquent la fonctionnalité en question. Dans un communiqué, la firme admet qu’« il s’avère que cette fonction est susceptible de nécessiter des approbations réglementaires additionnelles ». En clair, la fonctionnalité ne pouvait pas apparaître comme étant médicale.

Nokia a aussi mis en place une page web destinée aux remboursements ou aux compensations demandées par les utilisateurs. Néanmoins, rien n’est garanti par le groupe à ce sujet.

De quoi décevoir les utilisateurs ayant investi dans un tel produit.

7 Partages

Louise Millon

J'aime l'univers des technologies, comme ceux de la littérature, des séries et du surf. Je pense qu'il faut mettre le lait après les céréales.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire