Accueil > Applications > Après 3 ans, Apple Pay a-t-il réussi son pari en France ?
Apple Pay
© Apple
Applications

Après 3 ans, Apple Pay a-t-il réussi son pari en France ?

Le groupe Crédit Agricole vient d'annoncer qu'il supporterait "bientôt" la solution Apple Pay. Comment le géant américain a-t-il réussi à s'imposer en France ?

En 2014, Apple dévoilait sa solution de paiement mobile – sobrement baptisée « Apple Pay ». Il aura fallu attendre le mois de juillet 2016 pour voir cette alternative à la carte bancaire arriver dans l’Hexagone grâce à un partenariat avec deux établissements bancaires : Carrefour Banque et BPCE. Si les banques traditionnelles ont longtemps résisté à l’arrivée du géant américain en France, elles ont finalement dû s’y adapter.

Le paiement mobile en croissance

En France, le paiement mobile peine à se développer aussi vite qu’aux États-Unis. Selon les chiffres communiqués par la Banque de France, le nombre de transactions « sans contact » s’élevait à 2 milliards en 2017. Parmi elles, « seules » 4 à 5 millions d’entre elles étaient réalisées grâce au mobile (Apple Pay, Paylib…), le reste étant réalisé via la carte bancaire.

Après Carrefour Banque et BPCE, plusieurs néo-banques se sont mises à adopter Apple Pay – pour justifier leur raison d’être dans un marché toujours plus concurrentiel. C’est seulement en 2018 que la marque à la pomme a définitivement fait son nid dans l’Hexagone : Société Générale a annoncé adopter officiellement la solution de paiement mobile – avant de voir BNP Paribas emboiter le pas. Les banques en ligne respectives de ces deux groupes bancaires – Boursorama Banque et Hello bank! – le supportent également. Ci-dessous, voici la liste des banques actives en France qui ont noué un partenariat avec Apple (vous pouvez aussi retrouver une liste de toutes les banques en ligne sur Presse-citron, comme cet avis sur Hello bank! avec tout un descriptif détaillé sur le paiement mobile).

Apple Pay
© Apple

Les deux mastodontes du paysage bancaire français ayant adopté la technologie, les suiveurs se sont finalement tous alignés : récemment, le groupe Crédit Mutuel a annoncé qu’il supportait Apple Pay à partir de 2020 (bien que sa banque en ligne Monabanq n’ait pas encore communiqué à ce sujet). De son côté, le groupe Crédit Agricole a annoncé il y a quelques heures par l’intermédiaire de son site officiel qu’il supporterait la solution de paiement innovante.

Pourquoi une telle résistance ?

Si les banques français ont opposé tant de résistance à l’arrivée d’Apple Pay sur le marché français, c’est qu’elles avaient leur raison : sur chacune des transactions qui sont réalisées via ce réseau, Apple se réserve le droit de prélever une petite commission – qui sera ponctionnée sur les revenus de la banque (et non du client final).

Pour répondre à cette solution de paiement mobile, un groupe composé de BNP Paribas, Société Générale et La Banque Postale, ont dévoilé Paylib en 2013. Rejoints par le Crédit Mutuel Arkéa, le Crédit Agricole, le groupe BPCE ou encore le Crédit Mutuel CIC en 2018, il n’a toutefois pas réussi à imposer sa solution de paiement mobile comme un moyen de paiement de référence dans l’Hexagone.

Quid de Google Pay ?

Apple Pay est uniquement compatible sur un nombre limité de terminaux : les iPhone dotés de Face ID – ou encore l’iPhone 5s avec Touch ID. Il va de soit que les téléphones équipés du système d’exploitation Android ne sont pas compatibles avec cette solution. Pour les détenteurs de tels appareils – à l’instar des derniers Samsung Galaxy S10 ou des Huawei P30 – il faudra se tourner vers Samsung Pay ou Google Pay. Pour la petite histoire, ce dernier est issu de la fusion entre Google Wallet et Android Pay.

Tags

À propos de l'auteur

Arthur Vera

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire