Accueil > Quantified Self > Apple ResearchKit révolutionnera le médical !
ResearchKit utilisé par GlaxoSmithKline
ResearchKit utilisé par GlaxoSmithKline
Quantified Self

Apple ResearchKit révolutionnera le médical !

Apple ResearchKit. Après avoir rapidement abordé l’Apple TV, Tim Cook en est venu aux 700 millions d’iPhone vendus et toutes les applications qui y sont associées. Lancée l’année dernière, l’application Health est un agrégateur de données fitness qui est en mesure de récupérer les données de plus de 900 applications fitness tierces. Parmi elles, on citera notamment celle de Jawbone, RunKeeper, ou encore celle du français Withings, Health Mate. Après être devenu indispensable dans le fitness, Apple se lance maintenant dans le médical avec ResearchKit.

ResearchKit
Présentation de ResearchKit

ResearchKit est framework en open source

Cette fois-ci, Apple a voulu aller encore plus loin dans le domaine de la santé. Le PDG de la marque à la pomme a présenté un nouveau framework baptisé ResearchKit, qui promet de révolutionner la santé. Les chercheurs pourront ainsi mettre au point des applications mobiles qui permettront de faire avancer la recherche sur des maladies aussi délicates que Parkison, le diabète, l’asthme ou encore le cancer.

Une application pour la recherche sur le cancer du sein
Une application pour la recherche sur le cancer du sein

En l’occurrence, Apple veut permettre à la recherche médicale d’avoir accès à sa base de 700 millions d’utilisateurs pour faire avancer les recherches. Evidemment, les utilisateurs auront toujours la possibilité d’installer les applications mobiles en question ou non. Ils pourront également choisir s’ils veulent partager les données enregistrées sur les applications. Dans tous les cas, Apple s’est engagé à ne jamais voir les données qui sont enregistrées sur ces applications.

Apple ne verra jamais les données
Apple ne verra jamais les données

Ce framework ResearchKit n’a pas été élaboré de manière individuelle. En l’occurrence, Apple s’est associée avec des dizaines de chercheurs des plus prestigieuses universités du monde pour développer un programme adéquat. Parmi elles, on retrouve notamment Penn Med, Stanford Medicine, l’université d’Oxford ou encore l’université de Rochester.

Outre les données qui sont enregistrées sur l’application mobile en question, les chercheurs peuvent également faire appels aux données enregistrées sur l’application Health. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il a été prouvé que l’activité physique peut avoir un impact positif sur le ralentissement de nombreuses maladies. Il est donc pertinent de combiner des données spécifiques, avec le niveau d’activité global de la personne.

Apple a travaillé avec des universités
Apple a travaillé avec des universités

Exemple de l’application mPower (maladie de Parkinson)

mPower est une application qui a été mise au point par des chercheurs qui travaillent sur la maladie de Parkinson, notamment ceux de l’université de Rochester et Sage. Quand un utilisateur installe cette application, il contribue directement à la recherche sur cette maladie. C’est un bon exemple qui illustre vraiment le fait que l’iPhone se transforme en vrai outil médical. Mettant en avant la précision des capteurs intégrés dans le smartphone, Apple s’ouvre encore davantage à la recherche. Pour rappel, ce sont déjà 60% des grands hôpitaux américains qui utilisent HealthKit dans un programme test. Evidemment, son ombre Google n’est pas loin avec son programme Fit. Cependant, ce dernier est beaucoup moins avancé et qualitatif que celui d’Apple, il faut le reconnaître.

mPower contre la maladie de Parkinson
mPower contre la maladie de Parkinson

L’idée derrière cette application mPwer est de faire faire des tests en temps réel au propriétaire afin de pouvoir détecter s’il peut éventuellement être concerné par cette maladie. Pour reprendre l’exemple qui a été pris lors de la conférence, l’utilisateur de l’app mPower devra prononcer le son “aaaaaaaa” pendant plusieurs secondes dans le microphone du smartphone. L’application pourra ainsi détecter des tremblements dans sa voix, et établir un diagnostic. Autre moyen de détecter la maladie de Parkinson : en se déplaçant. Grâce à l’accéléromètre et au gyroscope intégré dans l’iPhone, l’application mPower pourra aussi diagnostiquer les risques grâce aux mouvements de l’utilisateur.

Exemple de test sur mPower
Exemple de test sur mPower

Cette application est fait partie des 5 premières application médicales développées par ResearchKit. On retrouve également une application qui est orientée vers le diabète (GlucoSuccess), une autre vers les accidents cardio-vasculaires (MyHeart Count), une autre pour l’asthme (Asthma Health) et enfin une dernière pour le cancer du sein (Share the Journey). Si le framework ResearchKit sera disponible dès le mois d’avril, ces 5 applications seront déjà disponibles sur l’App Store Apple dès ce soir. Si vous voulez contribuer à la recherche contre ces maladies, il ne vous reste plus qu’à aller télécharger ces applications !

Les 5 applications disponible dès aujourd'hui !
Les 5 applications disponible dès aujourd’hui !
Disponibles aujourd'hui
Disponibles aujourd’hui

À propos de l'auteur

Jean-Guillaume Kleis

Passionné de nouvelles technologies et webmaster à mes heures perdues, cela fait maintenant plusieurs années que je partage mes découvertes sur Stuffi, avec toujours le même plaisir !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire