Accueil > Assistant Vocal > Apple et Google révèlent enfin leur stratégie smarthome !
Smart Home
Assistant Vocal Domotique

Apple et Google révèlent enfin leur stratégie smarthome !

ENFINNNNNNNNNNNNNNN ! Après Google et son Google Home accompagné de son protocole Thread, Apple nous révèle, après plus de 2 ans d’attente (bon, pas mal de choses avaient déjà fuité), sa stratégie concernant la smarthome avec HomeKit ! La fête va enfin pouvoir commencer !

Si pour le commun des mortels (donc vous xD), ces annonces semblent paraître intéressantes mais « sans plus », sachez qu’elles viennent pourtant de structurer le marché de la maison connectée. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’il est difficile pour les acteurs de la smarthome et de la domotique de se positionner s’ils ne savent déjà pas comment les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) vont se répartir le gâteau ! Car ne soyez pas dupe, le gâteau est quasi inexistant aujourd’hui, mais d’ici quelques mois, celui-ci va littéralement exploser, et Apple nous l’a fait comprendre avec une petite photo :

partenairesHomeKit

Ce qu’il faut comprendre sur cette image, c’est que tous ces acteurs souhaitent pénétrer le marché de la maison connectée et que, comme pour les développeurs à l’époque de l’arrivée de l’Appstore, Apple va ouvrir la voie de la smarthome et leur permettre d’entrer dans son sillon.

Depuis maintenant près de 3 ans, on vous bassine (moi le premier !) sur les questions d’interopérabilité et c’est pour cela que de nombreux acteurs s’efforcent à rendre interopérable le maximum de modules et d’objets connectés pour votre plus grand bonheur ! Et bien…ils viennent de comprendre qu’Apple, dont le terme « interopérabilité » ne faisait pas partie de son vocabulaire il y a quelques années encore (pas de guerre en commentaires SVP !), leur à damé le pion en présentant une application dont l’objectif est de rendre tous vos objets…INTEROPÉRABLES ! Bon d’accord, je précise, tous les objets COMPATIBLES « HomeKit » ! Mais ne nous voilons pas la face, tout le monde va vouloir devenir « HomeKit Ready » (et va devoir passer à la caisse… avec Apple Pay mouhahah) car si vous souhaitez que votre objet soit connu du grand public et se vende, vous allez bien entendu vous acquitter de ce droit d’entrée ! Avez-vous déjà entendu quelqu’un développant une application dire : « Non, je ne souhaite pas mettre mon application sur l’AppStore ou GooglePlay car ils me ponctionnent 30% ! Je préfère mettre mon APK ou mon IPA directement sur mon site, les utilisateurs comprendront ma démarche… » L O L

Si vous avez lu mon article précédent : Protocoles domotiques : comment s’y retrouver ? (et si vous ne l’avez pas lu : Et oh ! Mais qu’est-ce que tu fous ?!), vous vous souvenez que Google avait ouvert son protocole Thread (via OpenThread) pour attirer les constructeurs d’objets connectés ? (et les faire passer à la caisse…avec Google Wallet mouhahah, non j’arrête sérieux). Et bien Apple a donc réussi à faire la même chose et créer son propre « protocole » (on reviendra sur les guillemets plus tard). Comment ça fonctionne ? Ben je vais vous l’expliquer, soyez patient 🙂

Je vais prendre un exemple et un contre-exemple : certains d’entres vous utilise peut-être Apple Health ou Google Fit. Mais que font réellement ces applications ? Elles permettent de retrouver simplement à un même endroit toutes les données issues de vos objets « quantified self ». Apple ou Google n’a pas développé un nouveau moyen de communication avec les objets en direct, non, ils ont juste demandé (imposé) à chaque développeur de faire remonter dans leur système (iOS et Android) ces informations afin qu’ils puissent les centraliser, les mettre en forme d’une manière tellement bien étudiée (c’est leur travail en même temps) en UX design, UI, Retina, TextKit, Material Design, 3D Touch, TouchMe (le dernier c’est un faux hein !)… que vous oubliez qu’il existe une application pour chacun de vos objets. Ils ont harmonisé pour vous l’intégralité des données d’une même thématique et en plus, et c’est ce qui est génial, ils ont maintenant la main sur vos datas (enfin non pardon, c’est crypté, ultra protégé et même le FBI ne peut pas y accéder !)

apple_health

Bref, simple non ? Et bien, rebelote ! Apple va faire la même chose avec la smarthome. Ils vont « demander » à leurs partenaires HomeKit de faire remonter les informations via leurs app ou sur votre réseau wifi afin de pouvoir les concentrer dans HomeKit. Mais ils vont également demander à pouvoir transmettre des ordres pour prendre le contrôle de chaque fonctionnalité directement. La vous vous dites, bon les mecs ont quand même bossé un minimum, ils ont rajouté le contrôle maintenant ! C’est vrai ! Mais honnêtement, après avoir fait les templates de chacun des objets possibles à contrôler :

  • Lumière : ON, OFF, variation, couleurs
  • Volet roulant : Haut, Bas, Stop, Position
  • Thermostat : Chaud, Froid, Températures, Présent, Absent
  • Musique : Lecture, Suivant, Stop, Volume….

Le travail est fini et il n’y a plus qu’à l’imposer au constructeur et on a une belle uniformisation et interopérabilité ! Well done Apple ! Mais il y a un contre-exemple et c’est ce qui cristallise les différents acteurs de la smarthome : le cas Philips.

On est d’accord, afin d’être compatible HomeKit, Philips a sorti un nouveau hub pour contrôler toute sa gamme Hue ? Et là, tout le monde s’est dit, mince, mais faut du hardware aussi ? Eh bien oui ! Enfin non, enfin oui ! Enfin…Kesako ?

Bon, autant vous le dire tout de suite, ce n’est pas simple ! Et c’est certainement pour ça qu’Apple a mis autant de temps à sortir son application Home. En effet, la stratégie d’Apple, lorsqu’ils ont annoncé HomeKit il y a 2 ans, était d’imposer à chaque partenaire l’ajout d’une puce hardware comme celle-ci : Eve Core afin de rejoindre le programme « Work with Apple HomeKit » et de prétendre à la licence MFi (made for iPhone, iPad…).

eveHomeKit

Mais ils ne voulaient pas aller jusqu’à imposer un protocole de communication de bout en bout aux différents acteurs comme le propose Google avec Thread (le hub Philips parle en zigbee à ses ampoules). Cependant, ils souhaitaient tout de même avoir la main sur leurs partenaires et pouvoir contrôler ce qu’ils développaient…du coup, ils ont apporté comme arguments : la sécurité et la simplicité d’appairage (on y revient ^^). Philips ayant déjà un système similaire pour appairer ses ampoules (code unique pour chaque produit), que ce sont de gros industriels et qu’ils voyaient le prix de leur gamme Hue en train de baisser… c’était le partenaire idéal pour faire l’expérimentation du « Work with Apple Homekit » ! Ainsi est né le nouveau hub, compatible Homekit et qui a pu remettre les prix des Hue au tarif initial. Mais qu’est-ce qui a réellement changé entre ces 2 hubs, à part le prix et un peu le design ? Et bien juste l’ajout de cette fameuse puce pour gérer l’authentification auprès du système Apple et…rien d’autre ! Car le fonctionnement du système pour gérer les ampoules n’a pas changé !

Mais cette puce est-elle si spécifique que tous les constructeurs doivent-ils repartir sur la chaîne d’assemblage pour l’implanter ?

Eh bien non ! Il s’agit en fait d’exploiter le Bluetooth Low Energy ou de son nom marketing le Bluetooth Smart. Tout comme Google et le IEEE 802.15.4 (je vous avis dit de lire mon article précédent !), Apple vient rajouter sa propre couche logicielle et exploiter le BLE pour permettre de simplifier l’appairage. Et la sécurité dans tout ça ? Puisqu’on a compris que dans certains cas, le BLE permettra uniquement d’appairer et non pas d’obtenir une communication de bout en bout, et bien c’est là où Apple est très tatillon avec ses partenaires et qu’ils souhaitent avoir un regard sur les produits, schémas, prototypes…c’est parce qu’ils veulent valider que le protocole utilisé ensuite est bien sécurisé, ex : le pont Philips Hue et sa communication zigbee avec ses ampoules. Si le partenaire respecte la charte de sécurité imposée par Apple, alors il bénéficiera de la licence MFi, le Saint-Graal de tout constructeur qui souhaite multiplier ses marges par 2 (minimum !) avec un même produit. Vous ne me croyez pas ? Allez juste constater la différence de prix entre un câble de recharge iPhone estampillé MFi et ceux que l’on peut retrouver sur les boutiques asiatiques : exactement le même fonctionnement, exactement pas le même prix !

Un autre exemple ? Allez, c’est cadeau ! Je vous présente la grille tarifaire de Insteon, avec et sans Homekit :

InsteonPrice

Et la vous allez me dire, mais c’est parce qu’ils intègrent tout ! Ah oui ?

InsteonIntegration

Pour l’instant personnellement je n’ai pas vu ni l’intégration de Nest, ni Logitech, ni Amazon Echo, ni Sonos…dans Homekit ! « Mais Angelo, c’est pour la compatibilité iPhone ! Ok ? »

InsteonPlateformeSupport

Bon d’accord, on reviendra dans le prochain article sur Siri, mais ça donne vraiment envie de payer presque le double non ? Surtout que la box doit être EXACTEMENT la même ! xD

Donc, pour récapituler : si le constructeur possède déjà une puce BLE, il faut simplement qu’il s’acquitte du ticket d’entrée du programme MFi et, après vérification par les équipes d’Apple sur les questions de sécurité, il pourra obtenir la licence MFi et devenir « Homekit ready ». Et s’il ne possède pas de puce BLE, cas de Philips, il doit l’ajouter et faire les mêmes démarches. D’ailleurs au passage, Philips est donc « Homekit ready » avec son Hub V2 et communique en zigbee avec ses ampoules… dis donc !? les mecs n’auraient-ils pas joué stratégiquement sur les deux tableaux entre Apple/Homekit et Google/Thread (puisqu’on a vu que le zigbee est sur du IEEE 802.15.4 et qu’il ne fallait qu’une MAJ pour être « Thread ready ») ?!

Je vous vois donc tout content, vous avez enfin compris, c’est l’extase ! Mais ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! On n’a pas fini !

Je vous disais un peu plus haut,  « on a un exemple » : les applications blablabla et « un contre-exemple » : le cas Philips, qu’ai-je voulu dire par là ? Et bien, vu que cette authentification n’est utilisée qu’avec une finalité de « contrôle » des partenaires Apple, il serait peut être possible d’émuler cette authentification, de s’adapter aux templates imposés par Apple et donc de pouvoir intégrer n’importe quel objet connecté disposant d’une API à Homekit ?! Nooooooon, ce n’est pas possible ! Ca ne peut pas exister…oh, et bien qui voilà ? Homebridge !

Cette solution ultra fonctionnelle nécessite tout de même de savoir bidouiller un peu pour la mettre en oeuvre. Mais la communauté a déjà bien avancé le taff puisque vous pourrez retrouver pas mal de tutos en ligne et surtout les « templates » ou plug-ins de vos objets favoris. Awesome non ?

Mais n’oublions pas que les troublions de chez Apple ne sont pas nés de la dernière pluie et que de laisser se répandre Homebridge peut également faire partie d’une stratégie de démocratisation. Permettant ainsi de prouver que tout objet peut être compatible, et lorsqu’ils auront assez de partenaires qui seront passés à la caisse (et qui râleront du coup !), ils pourront faire exactement comme ils l’ont fait avec les écrans et les câbles de recharge : tout couper.

fakecableiPhone

Ce que prouve donc Homebridge, c’est qu’Apple n’a pas réinventé la roue et créé un « protocole » (l’explication des guillemets !) à part entière. « Work with Apple HomeKit » est une appellation qui se paie, mais qui va garantir à l’utilisateur final une intégration parfaite avec l’environnement Apple, fidèle donc à leur stratégie. On se retrouve dans le prochain article pour parler plus en détails de l’application, de Siri, de l’Apple TV et de domotique en général !

29 Partages

Angelo

Je ne peux m'empêcher de suivre l'actualité technologique et surtout la partager ! Pour le reste, je suis consultant en interaction objets connectés et domotique pour MaSmartHome

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Laisser un commentaire