Accueil > Prospective > Le Top 10 des objets connectés français du CES 2016
La French Tech au CES 2016
La French Tech au CES 2016
Prospective

Le Top 10 des objets connectés français du CES 2016

Comme pour l’édition précédente, la délégation française avait fait le déplacement en grandes pompes (avec Emmanuel Macron en guest star) pour ce nouveau Consumer Electronic Show, à Las Vegas. Ce qui est particulièrement encourageant, c’est de voir l’engouement de nos start-ups (127 sur 190 exposants français) qui ont fait l’effort de se montrer aux yeux du monde entier. Nous avons sélectionné 10 objets connectés français que nous avons découvert, et qui nous ont particulièrement séduit.

Le thermomètre connecté Withings

Depuis maintenant plusieurs années, Withings a pris l’habitude de présenter ses nouveaux produits lors du salon américain. Pour le CES Unveiled, le français en a profité pour dévoiler un thermomètre connecté, et destiné au grand public. Le Withings Thermo permet de suivre facilement sa température grâce à un bref contact entre celui-ci et la tempe d’une personne. On appréciera son design (toujours aussi réussi chez Withings), ainsi que la technologie embarquée : 16 capteurs pour 4.000 mesures en 2 secondes ! Withings montre clairement ses ambitions médicales, et nous l’a promis pour le Q1/2016 (prix : 99.95€).

Le bouton connecté de La Poste

La Poste était déjà présente l’année passée au CES. Mais cette année, il faut reconnaître qu’elle a passé un cap supplémentaire : avec une délégation de 15 start-ups et pour son premier objet connecté, La Poste nous a régalé. Le bouton connecté Domino se fixe à l’intérieur d’une boîte aux lettres, et permet à un usager d’envoyer directement des colis depuis sa boîte aux lettres personnelle (et sans avoir à passer dans un bureau de poste). Il doit simplement cliquer sur le bouton pour notifier le facteur, entrer les coordonnées du destinataire sur l’application mobile, et attendre ensuite que le facteur passe ! Un service qui s’inscrit dans la lignée de « Colissimo en Ligne » et qui sera testé au premier semestre 2016 dans certaines régions françaises.

L’enceinte « A » de Akoustic Art

Basée à Paris, la start-up Akoustic Art est venue avec une enceinte assez particulière, et vraiment bluffante. Répondant au doux nom de « A », l’enceinte directionnelle permet de diffuser du son dans un faisceau étroit (allant jusqu’à 15 mètres) et de qualité exceptionnelle. En dehors de cette zone, il est inaudible. Cette spécificité est particulièrement utile si l’on souhaite écouter discrètement de la musique, que ce soit à la maison, ou au boulot. Le résultat est impressionnant, et l’on se réjouit déjà de voir la société débuter sa campagne IndieGoGo… le mois prochain. En attendant, la start-up organise un concours ici pour gagner l’enceinte en avant-première.

Un nouveau tracker Withings

Deuxième nouveauté chez Withings, un capteur d’activité à bas prix. Le Withings Go a pour objectif de séduire une nouvelle tranche de la population au tracking d’activité (nombre de pas, sommeil, natation…). Après ses montres connectées à 390€ (Activité) et 149€ (Activité Pop), voilà qu’il se lance dans l’entrée de gamme. Rivalisant avec les Fitbit Zip, Jawbone UP Move ou encore Misfit Flash, le capteur Go mise sur un écran E-Ink pour augmenter son autonomie, et réduire son prix. Le Go sera commercialisé lui aussi au Q1/2016, à un prix de 65.95€.

L’aile volante de chez Parrot

Autre ténor de la French Tech, le spécialiste du drone Parrot en a aussi profité pour dévoiler son nouvel appareil volant : baptisé Disco, il s’agit en réalité d’une aile volante (inspirée des appareils de sa filiale B2B) qui devrait voir le jour encore en 2016. Le produit exposé n’était qu’un prototype, Parrot n’a donc pas voulu s’avancer officiellement sur une date. L’année passée, il avait présenté 8 objets connectés dont 3 ne sont toujours pas sorti, on comprend donc les précautions du fabricant. Le nouvel UAV de chez Parrot s’est quand même distingué de tous les autres drones que nous avons photographié au CES.

Le thermostat connecté Ween

Une équipe en pleine forme pour ce CES et ultra-motivée dans l’idée de détrôner les thermostats connectés Netatmo et Nest. Ween est une start-up récompensée lors des CES Innovation Awards pour une technologie qui permet d’adapter la température des chaudières en fonction de la géolocalisation des smartphones et des habitudes de chacun (qui se veut encore plus révolutionnaire que celle de Nest). On appréciera aussi qu’il soit compatible avec TOUTES les chaudières (quand Netatmo et Nest ne sont pas compatibles avec 2/3 des chaudières françaises…). Après une campagne de financement participatif sur KissKissBankBank réussie haut la main, le thermostat Ween est toujours en précommande sur le site officiel de la marque.

Netatmo sort une caméra de surveillance extérieure

Netatmo a lui aussi fait du CES un incontournable pour présenter ses nouveaux objets connectés. On a pu découvrir sur le stand du français une caméra de surveillance extérieure (Netatmo Presence), qui s’inscrit dans la suite logique de la caméra intérieure (Netatmo Welcome) dévoilée au CES précédent. La particularité de cette nouvelle caméra est qu’elle sait détecter la présence d’animaux, voitures et individus aux abords de la maison. L’utilisateur se verra notifié sur son mobile en cas d’événement anormal. La disponibilité du produit est prévue pour le Q3/2016, le prix n’a pas été donné.

La télécommande Sevenhugs

Sevenhugs aurait pu s’arrêter après son capteur de sommeil dont le succès est avéré. Mais non, la start-up a fait le choix de présenter un nouvel objet connecté lors du CES 2016 : une télécommande intelligente qui permet de contrôler tous les objets connectés de la maison. Grâce à un système de géolocalisation ingénieux, la Smart Remote peut contrôler une large palette d’appareils, allant de l’enceinte Sonos aux ampoules connectées Philips Hue ou aux thermostats Nest. Un SDK est mis à la disposition des développeurs. Pour l’heure, aucun prix, ni date de sortie n’ont été donné.

L’électroencéphalographe connecté Melomind

On l’avait déjà découvert au CES en 2015, puis on les avait suivi lors du Wearable Technology Show à Londres quelques mois après. L’équipe derrière l’EEG connecté Melomind a complètement revu sa feuille de route, en repensant complètement l’expérience utilisateur : casque et application mobile ont été re-designées pour correspondre parfaitement à un large public. On apprécie particulièrement ce projet parce que c’est l’un des rares objets connectés pro-actifs, qui apportent une vraie valeur ajoutée à son propriétaire. L’EEG sera disponible à partir du Q1/2016 autour des 300€.

Le sextoy connecté B.Sensory

L’équipe derrière B.Sensory nous a hélé le dernier jour pour nous faire découvrir dans la bonne humeur son sextoy connecté dont le succès sur IndieGoGo s’est fait attendre en 2015. 2016 pourrait être bel et bien l’Année de la start-up qui a créé un vrai buzz lors du salon américain. Elle est d’ailleurs repartie avec un CES Innovation Award. Nous avons interviewé sa fondatrice Christel Le Coq dans le cadre de nos French Tech Pitchs que vous pourrez retrouver sur cette page dans les jours à venir.

Les #FrenchTechPitchs by Stuffi

Nous avons proposé aux startups de pitcher leur concept en moins d’une minute, voici la playlist complète. Chaque jour, jusqu’à fin janvier, nous publierons une nouvelle vidéo, n’hésitez pas à vous abonner à notre chaîne YouTube pour ne rien manquer !

Le mot de la fin

Nous souhaitons évidemment féliciter et remercier toutes les autres start-ups (plus ou moins grandes, dans les objets connectés ou non) françaises qui ont pris part à l’aventure, et qui ont largement contribuer à montrer haut et fort les couleurs de la France. Ci-dessous, vous trouverez quelques-uns des articles que nous avons consacré à ces dernières.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *